Communication Durable : les 4 principes de base

Faire de la comm’ en tenant compte d’éléments écologiques et d’un de parties prenantes, n’a rien de facile. Pratiquer “l’éco-communication” ou la “communication durable” donne du pain sur la planche. Focus sur 4 principes de base.

Principe #1 : Tenir compte des grands enjeux du développement durable

Pour ce faire, il faudra déjà lancer des actions comme : faire appel à un traiteur bio, proposer des services de co-voiturage, imprimer sur papier recyclé uniquement le volume utile, etc. Bref des actions nativement alignées avec le développement durable ! Cela tient du bon sens et pourtant, cette attitude responsable n’est pas automatique chez tout le monde.

Penser aux consommations de ressources naturelles induites. Imaginer l’impact carbone direct ou induit de campagnes d’e-mailing peut donner le tournis tant le nombre de serveurs et d’ordinateurs, fibres optiques sont concernés. Le bon sens dira simplement qu’à trop envoyer d’informations, la cible se meurt. Mieux cibler reste une attitude vertueuse, à plus d’un titre.

Principe #2 : Se rappeler que le web reste énergivore

Dans l’usage du web, les impacts environnementaux sont mal mesurés bien que l’on sache que les éléments les plus énergivores sont : la consommation électrique, l’impact des bâtiments hébergeant les serveurs, la fabrication des ordinateurs, tablettes, mobiles, serveurs, la consommation électrique du client lui-même, etc.

La responsabilité de la communication durable se situe aussi sur la production de contenus (comptabilisée en kilo-octets), sur le respect des standards du web, le respect des données privées. Créer des sites web épurés et des e-mailings légers font partie des bonnes pratiques liées au métier et rentrent en ligne avec les principes du développement durable appliqués à l’informatique.

communication durable les principes de base
Numérique : réduire l’empreinte carbone de nos clics

 

 Principe #3 : Communiquer de manière responsable, c’est agir dans la durée

Faire un « coup » de communication responsable ne sert à rien. Le flop est assuré, parce que la marque sera vite repérée comme essayant d’améliorer son image alors que d’habitude elle ne le fait pas. C’est bien pour cela que suivre une politique de Développement Durable s’impose dans le temps.

La méfiance des gens face au marketing “vert” (qui n’a de “vert” que le nom) reste puissante. Rappelons-nous que les Amis de la Terre veillent les grands comptes avec leur Prix Pinoccio.

Evidemment pour une PME, l’enjeu de visibilité est moindre. Cependant toute action d’amélioration au quotidien pourra déjà être saluée. Rester modeste, concret, cohérent dans la manière de communiquer fait baisser la tension, développe la confiance. Le fait de garder une ligne de conduite éthique, construit la crédibilité d’une marque dans la durée.

L’impact budgétaire sera visible à long terme, le temps de mettre en place les indicateurs clés et de faire remonter les remarques du terrain.

Principe #4 : Le budget en communication durable est le même qu’en comm’ classique

La communication durable ne doit pas être utilisée POUR réduire les coûts. Ce sont ses fondements et son fonctionnement qui lui permettent d’y parvenir, un peu comme un effet secondaire et non une fin en soi.

Ne faites pas croire à votre Direction Générale qu’il faille baisser au maximum les budgets communication par défaut, sous prétexte de limitation des consommables. Il est nécessaire de disposer de suffisamment de budget pour que l’action de communication soit visible. Penser que 10K euros de communication responsable fera aussi bien que 30K euros de communication classique, c’est juste impossible. On réduira les coûts d’un côté pour les répartir ailleurs : d’une part sur l’environnement, de l’autre sur davantage d’actions commerciales.

Finalement, « Responsable ou Pas », sans budget de communication, on ne fait rien. Un projet de communication responsable impacte plus de monde : le cercle des parties prenantes est plus large que celui des clients et prospects. C’est pour cela que l’effet de réduction d’un côté se compense de l’autre.

Retenez que pour pratiquer une communication responsable, il est nécessaire de :

 Garder en tête les enjeux du développement durable

♻ Tenir compte du web dans sa globalité

♻ Maintenir l’effort dans la durée et arbitrer son budget.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top