Obsolescence programmée : soyez vigilants !

Une imprimante laser multifonctions est supposée résistante… Or, elle ne dure pas plus de 5 ans. Quand “le papier est coincé dans le bac arrière” ou “vérifiez le niveau d’encre” s’affiche alors que tout est opérationnel, c’est l’annonce d’une obsolescence programmée. Se pose la question du recyclage ou du rachat ?

Les premiers signes d’une obsolescence programmée : messages inappropriés et fuite d’encre jaune…

Elle fait partie des produits dont l’obsolescence programmée est savamment orchestrée. Les fabricants le savent : leurs produits sont déficients dès 5 ans de fonctionnement. Mon imprimante Epson WP4535 répand aussi de l’encre jaune partout.

Quand la réparation est impossible

Trouver la réponse sur Youtube.

J’ai visionné les videos de ceux qui ont tenté la réparation : “on a tout essayé, Epson ne nous répond pas et ne donne pas les moyens de trouver des pièces détachées. Voire connait le problème et se fiche des clients”.

La seule méthode est celle de MacGyver :

Inventer un système remplaçant le coussinet de distribution d’encre jaune avec de l’époxy. Un bidouillage des plus relatifs. La perspective d’y passer un weekend entier ne m’a pas enchantée, n’étant pas très bricoleuse. Bref, si j’ai tenté de la réparer avec une scie c’est pour vous faire sourire mais moi je suis sans voix.

Infographie Obsolescence programmée
Faites bonne impression en adoptant les éco-gestes !

Où faire recycler un DEEE ?

Petit rappel : un Européen produit chaque année en moyenne 14 kg de DEEE. Or, les Déchets des Equipements Electriques et Electroniques (DEEE) contiennent des substances et composants dangereux. Sont concernés les smartphones, les ordinateurs, les fils et les appareils électroniques, mais aussi l’électroménager, les piles et accumulateurs, etc.

La liste des substances toxiques présentes dans les déchets électroniques est impressionnante. On trouve des métaux lourds (plomb, cadmium, chrome, cuivre, mercure), des éléments comme l’arsenic et le sélénium, ainsi que des retardateurs de flammes bromés (RFB). Ces derniers sont mélangés aux plastiques pour augmenter la résistance des appareils à la chaleur. Les DEEE sont responsables de cancers, de troubles endocriniens et respiratoires et sont contraints au recyclage par la loi.

Mais, ils représentent aussi un fort potentiel de recyclage : les métaux ferreux et non ferreux, métaux rares, verres et plastiques se valorisent très bien. Les DEEE collectés en France représentent déjà 600 000 tonnes de déchets traités. Cette collecte a aussi permis de créer 3 000 emplois depuis 2006 en logistique, réparation, recyclage et même dépollution. Donc je dis : obsolescence programmée (ou pas) : RECYCLONS !

Réparer ou recycler font partie des bonnes pratiques rappelées par mon ami Frédéric Bordage de Green IT. De ce fait, j’ai parcouru les pages de notre organisme étatique préféré Eco-systèmes qui recense les recycleurs de DEEE sur toute la France.

Finalement il semble que mon imprimante soit réparable !  D’après le réparateur Maintronic, spécialiste de maintenance informatique, agréé Epson, Apple, précise que : “nous établissons un devis de diagnostic d’un montant de 45€ qui ne vous sera pas facturé si nous procédons réellement à la réparation de l’imprimante. La réparation est estimée à 132€. Si la réparation s’avérait inférieure à ce montant, nous la réalisons. Or, si la réparation dépasse ce montant, nous émettrons un second devis. Dans ce cas vous ne paierez pas de frais de diagnostic”.

Cependant, je reste déçue : mon imprimante m’a couté 485€ à l’achat, sa valeur à ce jour équivaut à 130€ sans les consommables. Je sais que son obsolescence est programmée, d’autres pièces ne tarderont pas à se casser. De ce fait, soit j’investis sur la réparation et je tente de la revendre sans faire de marge à cause du coût du trajet, soit je fais simple : je la donne à Emmaus. Leurs locaux sont à proximité et ils feront travailler des gars et génèreront un peu d’argent. Le don me parait simple et moins gourmand en carbone et plus intéressant d’un point de vue sociétal.

Achetez neuf n’est plus, louez ou numérisez

En effet, j’ai trouvé qu’il était plus rentable d’aller chez Bureau Vallée pour faire imprimer mes documents plutôt que de racheter une imprimante d’occasion ou même une neuve. Cela demande trop de logistique, trop d’argent dépensé, engageant trop d’impacts environnementaux et de complexité. Car si l’imprimante ne coute plus que 100€, le toner lui est devenu hors de prix, à cela s’ajoute le papier…Enfin, il faudra tout recycler ensuite. Allez chez Bureau Vallée ou dans un espace de co-working sera écologique car vous imprimerez moins. 

Mais si vraiment vous souhaitez acheter ? Visitez le site Backmarket.fr vous y trouverez toute l’électronique reconditionnée. Pour ma part, j’arrête les frais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top