Les relations presse flirtent avec les réseaux sociaux

Les agences de RP révèlent que les marques gardent une approche traditionnelle des relations presse et des réseaux sociaux : l’un ne va pas sans l’autre. De fait, les chargés de communication peinent à trouver du temps à accorder aux Relations Presse et se focalisent sur les Réseaux Sociaux. Eclairage…

Idée reçue n°1 : écrire un contenu valorisant le produit sous tous les angles

Cyndie Bettant, agence Cicion rencontrée sur le Salon Emarketing en 2016, revient sur les fondamentaux de la communication corporate. Oui, il faut veiller le marché et intervenir sur des “points de vue” plutôt que sur les “qualités du produit”. Plus personne n’écoute le discours “promotion” et encore moins ceux qui les lisent.

C’est pourtant simple non ? Cela semble rarement compris par les Marcom, trop bousculées par les équipes de R&D, Product Marketing et les vendeurs ou le DG. Elles sont poussées à diffuser le « discours produit parce qu’il est tellement génial». Or, le produit doit s’effacer derrière « l’entreprise et sa posture dans la société » car il ne doit pas s’auto-porter. Il s’agit donc d’une prise de distance nécessaire.

Idée reçue n°2 : produire des contenus “promotionnels” sans le savoir

La promotion n’a pas sa place dans les relations presse. Non le produit n’est pas “révolutionnaire, jamais vu”. L’agence de relations presse apprécie d’être secondée par des professionnels qui comprennent que l’heure n’est plus à la promotion publicitaire, à de l’information réchauffée ou revisitée et cela, depuis TRÈS longtemps.

Il s’agit bien de rester pragmatique et d’apporter une vraie démonstration du produit – en apportant la preuve irréfutable que le produit est bien conçu. Donc cela signifie aussi que le marketing doit pousser à ce que le produit obtienne des brevets, des certifications, des labels autant que possible. Le marketing doit exiger de pouvoir présenter des prototypes déjà testés par des clients pour convaincre. Cela reste absolument fondamental pour intéresser les journalistes, les bloggeurs, l’audience.

La recherche d’informations, l’élaboration d’argumentaires étayés de chiffres, d’exemples concrets et d’interviews clients, de vidéos et d’infographies, représentent une vraie valeur ajoutée. C’est en cela que le marketing joue pleinement son rôle.

relation presse et réseaux sociaux
Les différences entre le RP traditionnel et le RP 2.0

Idée reçue n°3 : rechercher les influenceurs tout seul

Cessez de chercher les influenceurs via les réseaux sociaux, c’est affreusement chronophage ! Or, vous avez tant de choses à faire et les agences font cela très bien. Cyndie précise que “Oui l’achat de fichiers presse reste indispensable, oui le tri est capital, oui il faut une vraie relation de confiance avec les gens. Tout cela prend des années”.

Pour ma part, je dirais que passer par une agence assure une meilleure efficacité globale. Certes, cela demande un budget de 1500€/mois environ, mais la couverture médiatique est au RDV. Compter 6 à 8 mois parfois moins pour avoir de premiers très bons résultats.

L’atout d’une agence RP est surtout d’avoir développé la confiance de journalistes clés et des bloggeurs, à travers le montage de reportages ayant déjà fait mouche. C’est cette relation de travail qu’il est difficile de construire pour un chargé de communication : ce n’est simplement pas son rôle. Je ne comprends pas que des entreprises le fasse faire aux stagiaires.

Idée reçue n°4 : envoyer des informations à chaque occasion est efficace

Non, le marketing ne doit pas parler à tort et à travers. S’adresser aux futurs prospects, aux bloggueurs, aux journalistes qui croulent sous les communiqués est un art. Donc, il faut choisir les sujets qu’on leur présente, avec parcimonie, et non envoyer toutes les informations, à tout le monde, tout le temps.

L’infobésité ne convient à personne. Communiquer peu mais bien c’est mieux. L’idée est d’assurer une préparation efficace dans le fond comme dans la forme. Les retombées seront d’autant plus fortes si l’on use de témoignages de collaborateurs clés et de clients satisfaits. Cela fera gagner du temps aux journalistes qui ne manqueront pas de creuser 2 ou 3 détails de plus, mais disposeront de la majorité des informations clés en amont.

La condition de réussite des relations presse

Rédiger des contenus riches reste LA condition de réussite des relations presse. Nommez des rédacteurs en internes si nécessaire, appelez des pigistes pour assurer un volume complémentaire si le temps manque encore. Evidemment, cela demande du budget et de la patience, mais le jeu en vaut la chandelle. Parole de Marcom avertie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top