RSE : Retour du Forum Reset, entre vert clair et vert foncé

La RSE est un sujet qui continue de faire couler de l’encre. Les institutions soutiennent les efforts des entreprises en faveur de l’environnement avec des dispositifs forts. Les pionniers avancent, ouvrent la voie et inspirent. Voici le résumé de mes rencontres.

 

selon l'ademe la rse est en marcheAux constats de l’ADEME, la RSE est en marche. Près de 80% des 860 entreprises déjà engagées estiment que l’auto diagnostic de performance a changé leur manière d’aborder l’avenir.

L’ADEME a effectivement réalisé 49 projets en TPE durant l’année 2017 générant 3M€ d’économies aux entreprises participantes. Ces résultats ont été obtenus en 7 mois en moyenne. La RSE fait faire des économies, et l’ADEME le répète souvent : elle permet l’innovation et le contentement de tous ceux qui y participent, c’est aujourd’hui une réalité. De nombreux dispositifs sont en place : un auto diagnostic de performance durable est adapté aux PME en première démarche. Les consultants qui suivent les entreprises sont déjà formés et appliquent une méthodologie spécifique à la mise en situation.

le label lucie s'inspire de la norme iso 26000Le Label Lucie forme des consultants à la méthodologie qui se déploie sur 3 ans avec un engagement financier bordé. Un Label qui offre une méthodologie inspirée directement de la norme ISO 26000, pragmatique et fiable. L’entreprise peut obtenir le Label en remplissant un questionnaire d’audit en amont. Puis un consultant accompagne l’entreprise dans la démarche sur 3 jours répartis en 6 demi-journées pour un budget de 1500€ HT.

Les avantages sont multiples. Le label donne accès à des appels d’offres publics auxquels ces sociétés n’auraient pas eu accès AVANT d’être labellisées. Un nouvelle source de revenus qui compense l’effort fourni en amont.

ENVOL ET  l'environnement pour la RSE

Quand à Envol, l’environnement est le seul pilier traité pour rentrer dans la RSE en douceur au tarif de 300€. Les entreprises sont engagées pour 5 ans mais ne travaillent que sur quelques points clés liés au respect de la planète. Par exemple : assurer le recyclage des déchets ou la mise en place d’un service interne de co-voiturage.

 

Des conférences inspirantes

Le salon semblait un peu moins fréquenté que les années passées, et les stands tenus par des entreprises : EDF / Engie, Enercoop, Canopée ; des institutionnels : Global Compact, l’ADEME, l’AFNOR, Lucie, Envol ; et des associations locales comme 1dechetparjour, l’UPE13, le ClubDD PACA. Un village de startups comme Civitime, CHP Formation, occupait une partie du salon ainsi qu’une zone speed meeting. J’en ai d’ailleurs profité pour rencontrer Civitime, Cosens qui passaient par là.

Evidemment, j’ai trouvé le contenu des conférences très qualitatif car les intervenants y présentaient leurs projets :

restaurant dans le noir concept rseJ’ai été enchantée de retrouver le concept        du restaurant “Dans le Noir”. Ce restaurant qui vous fait vivre une expérience hors du commun: être accueilli par des serveurs non-voyants qui vous apportent des plats bio d’une qualité exceptionnelle. Vos yeux étant inutiles durant 2 heures ce sont vos autres sens qui restent en éveil. Le concept est adapté au grand public, mais aussi aux entreprises désireuses de sensibiliser leur public au handicap. Le succès est tel que le nombre de restaurants ouverts dans le monde approche les 70 établissements. La société a tant évolué qu’elle a développé le concept du “Spa dans le Noir” et s’engage pour des projets en Afrique. Le fondateur Edouard de Broglie a dû créer un groupe nommé Ethik Investment. Belle performance.

L’école 42ÉCOLE 42 ET LE RSE représentée par Olivier Crouzet est fondée par Xavier Niel et forme les futurs développeurs. Hommes et femmes de 18 à 30 ans, l’école a été créée pour faire face à la demande des employeurs de demain. A l’instar de Simplon, cette école du code favorise la formation des jeunes déscolarisés et des chômeurs longue durée et leur assure un bel avenir.

L’association 1dechet par jourRSE & 1 DÉCHET PAR JOUR crée par Edmound Platt mobilise les citoyens autour d’immenses collectes de déchets. Mobilisés via Facebook, le grand public débarque sur les plages et dans les rues de Marseille, ganté et bienveillant. Un succès citoyen mené par cet anglais totalement amoureux de Marseille.

J’ai été frappée par l’authenticité des témoignages de ces dirigeants d’un nouveau genre et leur volonté inébranlable de nettoyer notre planète, quoi qu’il arrive.

Au village des Startups la RSE est reine

CIVITIME SE CONSACRE À LA RSECivitime est un serious game consacré à la RSE. Voila le nouvel outil d’engagement des publics. CiviTime est un jeu pédagogique, collaboratif et personnalisable, qui permet aux entreprises d’impliquer leurs collaborateurs dans leur politique RSE. L’idée est que les collaborateurs deviennent à la fois acteurs de la politique RSE et des joueurs motivés par un jeu ? Changer les habitudes de travail grâce à ce jeu qui tient compte des actions réelles.

Lorsque les habitudes dans le monde réel sont modifiées alors les salariés obtiennent des récompenses dans l’univers virtuel. La gamification est une technique pédagogique efficace car le jeu rend réceptif aux messages. Civitime profite de cette attention pour intégrer des messages liés aux engagements réels de l’entreprise cliente.

La RSE, mal aimée des boss des 30 Glorieuses

experts comptables convaincus par la RSECependant en dehors des sentiers battus il semble que le Club du Développement Durable de la région PACA peine à attirer des entreprises en tant que membres. Selon la Directrice «  les experts comptables sont convaincus des bienfaits de la RSE. C’est pourquoi ils sensibilisent les dirigeants par le biais de la réduction des coûts et des obligations légales qui touchent les sociétés de +250 salariés. Mais le constat est sans appel :

Nous sommes confrontés à des dirigeants de +50 ans qui affichent leur volonté de ne pas déclarer leurs frais. Ils pratiquent l’abus de bien social comme la récompense d’un dur labeur.

Elle ajoute que pour ces patrons, “Agir en faveur de la RSE ou adhérer au Club Du Développement Durable reste juste – impensable – même s’ils entendent la prise de conscience collective. Nous avons une meilleurs écoute à Paris, question de culture” ajoute-t-elle. Gloups, j’avoue avoir été saisie par ce triste constat bien que j’en ai moi-même observé la véracité.

Les entrepreneurs du CJD font de la RSE un outil de management

Les entrepreneurs du CJD font de la RSE un outil de management Pour aller dans le même sens, Lili Jobs de Cosens affirme que les   jeunes entrepreneurs du CJD respectent les règles sans effort et   entrent volontiers dans une démarche éthique dès le départ.

 

La RSE est une question de génération. Les patrons du CJD s’emparent de la RSE comme un outil de Management et cela leur paraît tout simplement naturel.

Des initiatives RSE locales et nationales inspirantes

Les services publics jouent parfaitement leur rôle de facilitateur : tous les dispositifs sont là pour aider les entreprises à avancer dans leurs responsabilités. Je reste étonnée de constater que les meilleures initiatives n’entraînent pas plus d’enthousiasme chez les patrons plus âgés, visiblement ils ne décrochent pas des “30 Glorieuses”. Pourtant avec “1dechetparjour” ou l’arrivée prochaine d’un “Restaurant Dans le Noir”, nous voyons ceux qui avancent et créent des business responsables florissants quand d’autres restent sur place.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top